Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 14:37
Un encouragement à la paresse : le Uber des devoirs...

 

 


Internet nous offre le meilleur et le pire... c'est une ouverture sur le monde, une opportunité pour se cultiver, et pour éveiller la curiosité. Mais quand un site propose à des élèves de faire des exercices à leur place, ces exercices ne perdent-ils pas tout intérêt ?

 

De plus en plus, les adolescents font des copiés-collés sur internet, les professeurs qui sont vigilants repèrent facilement ces usages et les sanctionnent : on demande aux élèves une réflexion et une construction personnelles, lors d'exposés par exemple.

 

Désormais, le site Bonnenote.fr vend des devoirs tout prêts : on peut lire sur cette application :

"Commander un devoir en 2 minutes... Bonnenote apporte un service sur-mesure et unique d’aide à la rédaction de devoirs dans toutes les matières, destiné aux étudiants francophones, du Collège au Master.".

"Un rédacteur spécialisé, un devoir sur mesure..."

 

Voilà ce que l'on peut appeler du "prêt à penser". Il n'est plus besoin de réfléchir, de passer du temps à faire un plan, à rédiger, le devoir est livré à domicile moyennant finance, bien sûr.

 

Le site propose même une réduction promotionnelle de 20 % !

 

On est sidéré par de telles offres : alors que de toutes parts, par tous les moyens, on lutte lors des examens contre la fraude, des sites sont autorisés à produire des corrigés de devoirs.

 

Où est la cohérence ? C'est ce que l'on peut appeler une tricherie organisée et une incitation scandaleuse au laisser-aller et à la paresse.

 

Dans nos sociétés, trop souvent, le travail n'est-il pas de plus en plus dévalorisé ? L'effort devient même suspect.

 

Le latin, le grec sont jugés trop difficiles : on évince ces disciplines, la grammaire, elle même, est expurgée, simplifiée, les programmes sont allégés.

 

Comment former les jeunes à l'effort, si on aplanit devant eux toutes les difficultés ?

Comment les inciter à la réflexion si on leur propose de faire leurs devoirs et leurs exercices ?

 

Tricherie, mensonge, dissimulation : ces sites Uber entraînent les élèves vers la mauvaise pente.

 

L'apprentissage à la réflexion personnelle disparaît, se délite : une façon de réduire à néant l'enseignement délivré par les professeurs, une façon de discréditer leur travail et le travail en général.

 

Une aide aux élèves doit pouvoir s'organiser de manière plus subtile : par exemple, donner des pistes de recherches, poser des questions...

Mais un tel site qui annihile toute notion d'efforts et de réflexion n' a aucun intérêt pédagogique et se révèle même dangereux pour les élèves.

 

 

Source :

 

http://www.lepoint.fr/societe/le-uber-des-devoirs-fait-hurler-les-profs-15-02-2017-2105184_23.php

 

 

 

Un encouragement à la paresse : le Uber des devoirs...
Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 11:29
Le diabète, une maladie des sociétés d'abondance...

 

 

 


Dans nos sociétés d'abondance, le diabète fait des ravages : le sucre a envahi notre alimentation, il est présent partout : biscuits, gâteaux, desserts de toutes sortes, yaourts, flans, sodas, boissons, sirops, confitures etc.

 

C'est un raffinement infini dans la variété : il suffit de se rendre dans les rayons d'un supermarché pour découvrir toutes les tentations auxquelles sont soumis les consommateurs.

 

Les boîtes de sucre en poudre ou en morceaux permettent de déverser des quantités de cette substance dans le café, le thé.

 

Et les consommateurs sont habitués, dès l'enfance, à ce goût sucré, si bien que le sucre devient pour beaucoup un besoin, une addiction.

 

On nous a fait croire, aussi, que le sucre était indispensable à notre santé : une source d'énergie...

"Le sucre, le plus petit des grands plaisirs ! Quelle énergie dans le sucre ! " On se souvient de ces slogans publicitaires tapageurs... Le sucre était associée à la vitalité, au bonheur, à la jeunesse, au plaisir...

 

Il semble que les lobbies du sucre ont oeuvré avec succès pour nous inciter à consommer de plus en plus de sucre.

 

Mais quel leurre ! Le sucre, sa surabondance sont à l'origine d'une grave maladie chronique : le diabète de type 2.

En Chine, aux USA, le nombre de diabétiques explose, en France, on peut parler d'une véritable croissance de l'épidémie.

 

Il suffirait, sans doute, de supprimer ou de réduire considérablement le sucre pour que disparaisse cette maladie.

 

Evidemment, nos modes de vie sédentaire tendent à aggraver cette pathologie : figés devant des écrans, nous perdons aussi l'habitude de bouger, de marcher, de nous livrer à des activités physiques.

 

Le diabète est bien une maladie du monde moderne, une maladie liée à la société de consommation, qui nous réduit à être, avant tout, des consommateurs qui oublient leur santé, leur corps....

 

Et, bien sûr, tout est prévu : il existe même dorénavant des médicaments pour soigner le diabète... et c'est, alors, l'industrie pharmaceutique qui prend le relais : elles nous propose des pharmacopées pour annihiler les effets du diabète.

 

Après le sucre, nous voilà devenus des consommateurs de pilules.

C'est, là, le cycle infernal de nos sociétés vouées à la consommation...

C'est comme si les lobbies du sucre venaient alimenter et servir l'industrie pharmaceutique...

 


 

 

 

 

 

 

Le diabète, une maladie des sociétés d'abondance...
Repost 0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 15:08
Ciel d'hiver au soleil brouillé...

 

 

Une toile de l'hiver : un ciel ennuagé derrière lequel se devine le soleil, un ciel gris aux nuances si diverses...

 

Un soleil diffus, vague, confus... 

 

Un ciel plein de douceur et de mélancolie... une douce lumière sur des voiles de nuées, un éclat solaire atténué et plein d'humilité...

 

Un tableau en camaïeu de subtiles nuances de gris, un tableau qui fait rêver à un monde d'harmonie...

 

Une union du ciel et de la terre, des couleurs légères qui se mêlent et se confondent...

 

Un tableau de l'hiver aux arbres dénudés, aux fines ramures qui s'entrelacent et se rejoignent...

 

Des brindilles dans le ciel gris... des chevelures ébouriffées, des envols de broussailles.... des mailles fines et légères qui tissent des motifs aériens...

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Ciel d'hiver au soleil brouillé...
Ciel d'hiver au soleil brouillé...
Ciel d'hiver au soleil brouillé...
Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 11:45
Fukushima, 6 ans déjà...

 

 


6 ans déjà...

La centrale de Fukushima, un des sites les plus sensibles du Japon, construit en front de mer, comportait 6 réacteurs nucléaires... 6 réacteurs installés en bord de mer !

 

Quand on connaît la fréquence des tremblements de terre dans ce pays, avec les possibilités de tsunamis, on se dit que l'inconscience humaine est terrible...

 

Tremblement de terre, tsunami, raz-de-marée : le 11 mars 2011, une vague submerge la centrale et envahit le site, l'eau inonde les sous-sols, les réacteurs n'ont plus aucune source d'électricité, leur système de refroidissement s'arrête, l'uranium chauffe intensément, le coeur du réacteur est susceptible de rentrer en fusion et d'exploser.

 

A ce moment, personne n'a de solution : l'entreprise Tepco qui gère la centrale est dépassée, car personne n'avait prévu une telle catastrophe et un tsunami aussi puissant.

 

En France, l'IRSN, l'institut de radio protection et de sûreté nucléaire est prévenu par une source interne à Tepco de la situation à Fukushima...

 

Le Japon est le jumeau nucléaire de la France, avec ses 17 centrales. Des ingénieurs sont mobilisés : il s'agit d'anticiper l'éventuelle arrivée d'un nuage radio-actif sur la France.

 

6 heures après le tsunami, dans la salle des commandes, les 24 opérateurs observent l'état du réacteur n° 1 : ils ignorent que faute d'électricité, leurs instruments de mesure sont déréglés. Deux techniciens inspectent l'installation, l'alarme de leur dosimètre se met, alors, à sonner. La radioactivité est très supérieure à la normale.

 

Le réacteur n'est plus sous contrôle : la fusion a commencé, l'eau chargée de refroidir le combustible s'est évaporée, la température atteint plus de 2800 degrés.

 

Le Japon connaît, alors, un véritable chaos : le tsunami a fait 19000 morts et 310000 sinistrés.

 

Les scientifiques japonais sont désemparés face à l'ampleur de la catastrophe. Il est urgent de rétablir l'électricité : on amène un groupe électrogène, mais les câbles ne correspondent pas et ne peuvent être connectés.

 

On le sait maintenant : de nombreuses erreurs humaines et improvisations ont aggravé cette catastrophe nucléaire.

Dans un domaine si sensible, ces erreurs et ces approximations sont incroyables.

 

Le premier ministre se rend sur place : il faut évacuer les gaz afin d'éviter l'explosion du réacteur.... deux opérateurs se portent volontaires pour se rendre dans la zone irradiée et ouvrir les vannes, mais c'est un échec. Une autre équipe est envoyée et parvient à libérer les gaz accumulés dans le réacteur.

 

Il faut injecter de l'eau dans la centrale : des pompiers sont dépêchés mais le bâtiment du réacteur 1 explose, c'est le toit du bâtiment qui a été soufflé.

 

La population japonaise est, alors, informée bien tardivement de ce qui se passe à Fukushima.

 

En France, une réunion d'urgence est organisée à Matignon : comment parler de Fukushima aux français ? L'avenir de l'industrie nucléaire est en jeu... Pour Eric Besson, alors ministre de l'industrie, mieux vaut minimiser l'accident.

 

La France est le pays du nucléaire... Eric Besson déclare donc : "C'est un accident grave mais ce n'est pas une catastrophe nucléaire...." Il faut, bien sûr, éviter que ne se répande la peur.

 

Puis, c'est une nouvelle alerte dans le réacteur n° 3, avec une menace d'explosion : deux opérateurs sont chargés d'ouvrir des soupapes et libérer la pression, mais face à la chaleur insoutenable, ils renoncent.

 

Finalement, des techniciens branchent des batteries de voiture sur les tableaux de commande du réacteur afin d'ouvrir les soupapes, mais la fusion a commencé.

Un deuxième réacteur est sur le point d'exploser. Le vent pousse les rejets radio-actifs vers la capitale, Tokyo.

 L'ambassadeur de France publie un message pour conseiller aux ressortissants français de s'éloigner de la région de Tokyo.

 

Le gouvernement français, lui, préfère communiquer sur le tsunami, plutôt que sur la catastrophe de la centrale.

 

Au Japon, le réacteur 3 explose : le combustible se répand dans les sous-sols du bâtiment. La situation est grave : l 'IRSN annonce que le coeur en fusion s'est échappé de son confinement, il pénètre dans la dalle.

 

Seule solution : injecter constamment de l'eau pour refroidir le réacteur.

Le premier ministre demande à des japonais de se sacrifier et de rester sur place...

Puis, c'est au tour du réacteur 3 d'exploser : des salariés sont désignés pour intervenir encore sur la centrale, ils font du bricolage. Tout l'univers de la centrale est hautement radio-actif.

 

Angela Merkel annonce, alors, l'arrêt du nucléaire dans son pays : le gouvernement français craint la contagion.

 

François Fillon, alors premier ministre décide de tester tous les réacteurs de l'hexagone, afin de contrebalancer la décision allemande.

 

Après un audit, la décision est prise de construire des bunkers pour protéger les centrales, mais les générateurs de secours auraient une durée limitée.

 

Des pompiers d'élite japonais sont, enfin, envoyés à Fukushima : de l'eau est alors projetée en continu sur le réacteur n° 3, mais cette solution est provisoire.

 

Les ingénieurs français imaginent alors d'envoyer des robots, mais les japonais refusent cette offre, ils veulent, aussi, des techniciens compétents pour diriger ces robots.

 

La France expédie finalement des tonnes de matériel périmé à la place des robots. Quant à la directrice d'Areva, Anne Lauvergeon, elle déclare n'avoir rien su de ces ratages !! 

 

Le premier ministre japonais annonce la fin du nucléaire dans son pays. Nicolas Sarkozy vient, alors, au Japon pour plaider la cause du nucléaire.

 

Maintenant encore, la centrale de Fukushima continue à polluer l'environnement : le sol est irradié, dans un rayon de 30 km, les villages sont inhabitables.les japonais évacués doivent régulièrement subir des contrôles de santé.

 

6 ans après, seule l'Allemagne a abandonné le nucléaire... Le Japon a rouvert 3 centrales...

 

Dans le monde 68 nouveaux réacteurs sont en construction.

L'industrie du nucléaire continue à vendre des centrales un peu partout dans le monde...

 

 

Source : une émission de France 2 : Cellule de crise...

 

http://pluzz.francetv.fr/videos/cellule_de_crise.html


 

 

 

Fukushima, 6 ans déjà...
Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 11:05
Emmanuel Macron ou la stratégie électoraliste...

 

 

 

 

Après ses propos sur la colonisation algérienne qu'il a qualifiée de "crime contre l'humanité", voilà qu' Emmanuel Macron évoque les opposants au mariage pour tous et prétend qu'ils ont été "humiliés", lors du quinquennat de François Hollande.

 

"Une des erreurs fondamentales de ce quinquennat a été d’ignorer une partie du pays qui a de bonnes raisons de vivre dans le ressentiment et les passions tristes. C’est ce qui s’est passé avec le mariage pour tous, où on a humilié cette France-là..", a-t-il déclaré...

 

Les termes utilisés relèvent chaque fois de l'hyperbole, d'un excès dans l'expression qui surprend : une volonté de frapper l'opinion, de susciter la polémique, sans doute.

 

Le résultat est réussi, au fond : Emmanuel Macron a réussi à faire parler de lui. Tout le monde commente ses propos... une stratégie sans doute.

Une stratégie très "people" : il s'agit de faire la Une des journaux.

 

Mais, en période électorale, il s'agit surtout d'attirer différents électeurs dans ses filets.

D'abord, quelques électeurs de gauche, ceux qui dans les banlieues se considèrent encore comme les victimes de la colonisation....

Puis, quelques électeurs d'extrême droite, qui adeptes de la Manif pour tous, auraient été selon Emmanuel Macron, "humiliés".

 

Un mot qui surprend quand on se souvient de ces manifs pour tous où les homosexuels étaient cloués au pilori.

Humilié ? Qui a été humilié ? Qui a fait preuve d'homophobie ? 

 

Ainsi, Emmanuel Macron ratisse des électeurs au plus large : de la gauche à l'extrême droite.

 

Ce faisant, il perd une une grande partie de sa crédibilité : il se veut rassembleur, mais on le voit, ses propos divisent par leur excès, leur démesure, leur inexactitude même, leur partialité.

 

Avec sa déclaration sur le colonialisme, il flatte les dirigeants algériens, alors que ceux ci sont prêts à invoquer le colonialisme pour justifier leur incurie. Est-ce bien subtil ?

 

Quand il évoque l'humiliation des participants à la Manif pour tous, il veut flatter aussi cette frange extrémiste de la population française prête à descendre dans la rue pour s'opposer au droit au mariage des homosexuels.

 

Emmanuel Macron est dans une stratégie électoraliste : il jongle avec les électeurs de droite, de gauche.

 

A ce jeu, il se brûle les ailes et perd un peu plus encore de sa crédibilité....

 

 

 

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-beaulieu/cher-emmanuel-macron-qui-humilie-qui/

 

 

 

 

Emmanuel Macron ou la stratégie électoraliste...
Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 09:43
Mais où est passée la campagne électorale ?

 

 

 

 

Depuis des semaines, l'affaire Fillon et ses remous n'en finissent pas de faire des vagues et de secouer la droite : on perçoit des dissensions dans le parti Les Républicains, les sarkozystes voudraient que François Fillon renonce à se présenter... alors que François Fillon tente de résister à la tourmente...

 

Sous le choc, le candidat des Républicains en vient à annoncer des propositions inspirées par Sarkozy lui-même : la majorité pénale à 16 ans.

 

Emmanuel Macron, lui, fait son show : il essaie d'attirer vers lui un électorat nouveau quand il déclare, lors de son voyage en Algérie, que la colonisation a constitué "un crime contre l'humanité" : tous ceux qui se sentent lésés par cette colonisation, il cherche des voix dans les banlieues, il ratisse à gauche, faisant preuve d'opportunisme.

 

A gauche, les divisions perdurent... Pour Mélenchon, la seule candidature unique possible à gauche est la sienne.

 

Marine Le Pen prospère dans tout ce marasme électoral : les solutions qu'elle propose peuvent conduire au pire, avec une sortie possible de l'Europe et de l'euro...

 

Mais où est passée la campagne électorale ? Que deviennent les problèmes des français ?

 

Comment régler le chômage qui gangrène les banlieues ?

C'est sur ce thème que devraient se concentrer les candidats...

 

Ils devraient proposer des solutions, envisager des stratégies multiples pour juguler le chômage...

 

En lieu et place, les candidats révèlent leurs appétits de pouvoir, ils sont incapables de s'attaquer à ce problème.

 

Peut-être le chômage est-il même encouragé pour maintenir les salariés sous pression ?

 

Il leur faudrait aussi évoquer ce thème : l'éducation, qui est un secteur essentiel dans un monde moderne.

 

C'est l'éducation qui permet aux jeunes de s'épanouir, de progresser : "L'éducation est l'arme la plus puissante pour changer le monde" disait Nelson Mandela...

 

Marine Le Pen prône la fin de l’éducation gratuite pour les enfants d'étrangers en situation irrégulière : ces enfants risquent donc de se retrouver dans des écoles communautaires.

 

François Fillon, quant à lui, propose de réduire de manière drastique le nombre de fonctionnaires, donc le nombre d'enseignants...

 

Benoît Hamon fait un éloge appuyé de la politique menée par Najat Vallaud-Belkacem dont on connaît, pourtant, les résultats désastreux.

 

Le débat d'idées s'efface devant des stratégies électorales, on en oublie l'essentiel...
 


 

 

 

 

Mais où est passée la campagne électorale ?
Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 17:01
Pour une bonne santé, un régime naturel...

 


 

 

"Que ta nourriture soit ta médecine, et ta médecine, ta nourriture", professait Hippocrate.

Les auteurs de l'antiquité nous donnent, ainsi, des leçons de sagesse très utiles et profitables...

 

On connaît aussi ce proverbe célèbre : "On est ce que l'on mange..."

 

Nos supermarchés regorgent de nourritures et d'aliments tout préparés : galettes, biscuits, gâteaux, chocolats, yaourts, pizzas etc.

 

On en oublie de consommer des aliments bruts, naturels : des fruits, des légumes, des gâteaux faits maison, de la viande, du poisson.

 

La plupart des aliments préparés comportent des additifs, des conservateurs, des colorants, des produits chimiques nocifs pour la santé.

Le prêt à manger se développe, et rencontre un succès indéniable : les gens qui travaillent n'ont plus le temps de cuisiner.

 

Pourtant, il est facile d'éplucher quelques légumes, de les cuire à la vapeur et de les apprêter avec simplicité.

 

Revenons à une nourriture saine, la plus simple possible : les fruits, les légumes bio nous apportent des saveurs, des goûts, des éléments nutritifs essentiels.

 

Refusons ces produits sucrés, gras que l'on nous incite à consommer : les chips, les sodas, les biscuits.

 

Notre goût a été, depuis longtemps, formaté, habitué à des aliments très sucrés ou très salés...

 

En consommant régulièrement des fruits et des légumes, on revient à une nourriture de base, naturelle.

 

Les produits que l'on nous vend dans les supermarchés ont perdu leur authenticité : il suffit de regarder la composition de certains biscuits pour prendre conscience de cette réalité, colorants, conservateurs, arômes artificiels...

 

Retrouvons le goût des aliments vrais : privilégions une nourriture simple.

Mieux vaut, aussi, utiliser des produits naturels pour faire sa toilette : savon de Marseille ou d'Alep, par exemple.

 

Ainsi, on retrouvera le bonheur d'une façon de vivre harmonieuse et dénuée d'artifices...

Les aliments les plus simples sont les plus faciles à digérer et ils apportent des vitamines, des nutriments essentiels.

 

Alors que l'obésité se développe dans nos pays, comment répondre à ce fléau, si ce n'est en éliminant toutes ces préparations grasses, sucrées ?

 

Tant de produits dans nos rayons de supermarchés, tant de tentations offertes aux consommateurs ! 

Tant d'aliments frelatés !

Il faut en prendre conscience pour retrouver une alimentation saine, dénuée d'artifices et de produits chimiques.

 

 

 

http://www.marianne.net/malbouffe-les-plus-pauvres-principales-victimes-obesite-100247336.html

 

   

 

Pour une bonne santé, un régime naturel...
Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 14:03
Et quand nous nous aimons, notre amour sent bon...

 

 

Une chanson optimiste, une chanson pleine de gaieté, on en redemande... une chanson d'amour, bien sûr, qui évoque des gestes affectueux de tendresse : "Bras dessus, bras dessous, Bras dessous, joue contre joue"...

 

Des bras qui s'enlacent, des joues qui se frôlent... et on perçoit aussitôt une proximité amoureuse dans ces corps qui se rejoignent.

 

D'ailleurs, la labiale "b" réitérée, la sifflante "s" très douce semblent suggérer le désir amoureux et la tendresse.

 

La joie est au rendez-vous de ce couple d'amoureux. Trois comparaisons viennent souligner ce bonheur : les personnages sont assimilés à "deux oiseaux sur la même branche....", puis à "deux amants" qui se retrouvent "au bal du dimanche", enfin à "deux écoliers, le jour des vacances".

On entrevoit une simplicité et une évidence dans ces évocations, une impression de liberté et d'insouciance...

 

La chanson évoque, aussi, un bonheur quotidien qui se renouvelle : "Tous les jours que Dieu fait, nos joies recommencent."

 

L'amour est associé, d'abord, à une sensation olfactive : Et quand nous nous aimons, Notre amour sent bon, comme un drap séché au vent des lavandes..."

Des images du sud surgissent, des images de mistral, sur un champ de lavandes de Provence.

 

L'amour fait naître, aussi, une sensation gustative : "Bon comme un fruit croqué au vent des vendanges", évoquant cette fois des grappes de fruits abondantes et généreuses.

 

Ainsi, l'amour semble procurer une plénitude de sensations, puisqu'on peut percevoir également une sensation tactile avec ce vent qui emporte et propage des parfums de lavandes et de fruits...

 

L'amour apporte, enfin, une plénitude de bonheur, comme le suggère cette expression : "tant qu'il durera, nous n'en demanderons pas plus...."

 

Le futur est ainsi envisagé, toujours de manière optimiste : "Quand nous aurons cent ans, Tous les deux comme à vingt ans..." Il révèle un amour qui s'inscrit dans la durée et la permanence.

 

La mélodie dansante nous entraîne dans le sillage de ces amoureux qui goûtent un bonheur idyllique.

 

Jean Broussolle a écrit les paroles, R.Marcucci, P.de Angelis ont composé la musique de cette chanson sortie en 1960.

L'interprétation des Compagnons de la chanson apporte tendresse et enthousiasme à cette mélodie....

 

 

http://gauterdo.com/ref/bb/bras.dessus.html

 

 

 

https://youtu.be/j0s-6XFMrfI

 

 

 

 

 

Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 14:42
Emmanuel Macron, le nouveau magicien de la politique...

 

 


 

Emmanuel Macron n'a toujours pas présenté son programme aux électeurs, et apparemment, il estime qu'il peut s'en passer, d'après ses dernières déclarations au Journal du Dimanche...

 

"C’est une erreur de penser que le programme est le cœur d’une campagne électorale", a-t-il déclaré, sans vergogne...
Il a même rajouté : "La politique, c’est un style, c’est une magie. Il faut définir le cœur de ce qu’on veut porter."

 

Emmanuel Macron se présente-t-il comme un magicien, un prestidigitateur de la politique ?

 

Il semble bien qu'il veut nous le faire croire... Mais comment accorder un quelconque crédit à un homme politique qui ne définit pas son programme ?

 

L'ubérisation de la société serait-elle la recette magique qu'il compte appliquer à notre économie ?

Emplois précaires mal rémunérés, destruction des droits des salariés, dérégulation : c'est là le tour de passe-passe qu'il nous propose ?

 

Macron au service du monde de la finance veut nous faire croire qu'il possède des pouvoirs magiques, comme le faisaient jadis les monarques de droit divin, pour subjuguer les peuples.

 

Un pouvoir venu de Dieu, c'était, là, une façon d'imposer un pouvoir absolu indiscutable.

Un pouvoir christique, un pouvoir omnipotent...

 

Il semble qu'Emmanuel Macron veuille se faire l'héritier de ces pouvoirs absolus et incontestables.

 

Le style Macron ? C'est quoi au juste ? Celui d'un play-boy qui figure à la Une des magazines people ?

Celui d'un banquier qui ignore les difficultés des salariés peinant durement pour gagner leur vie ?

Celui d'un messie providentiel venu sauver les français ? Qui peut y croire ?

 

Imposture, mépris, mystifications, telles semblent être les méthodes d'Emmanuel Macron...

L'auto-satisfaction du personnage, son arrogance, sa morgue dépassent les bornes.

 

Selon Emmanuel Macron, "la politique, c'est mystique..." Il faudrait donc y croire aveuglément comme des adeptes dévoués à un "gourou".

 

De tels propos sont consternants et discréditent un peu plus encore ce candidat, sans réelle expérience politique.

 

Histrion, comédien, Emmanuel Macron joue le rôle de l'homme inspiré... mais est-il crédible ?
 

 

 

 

Emmanuel Macron, le nouveau magicien de la politique...
Repost 0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 14:46
Un vrai froid de l'hiver...

 

 


Un vent tempétueux qui rugit dans les arbres, qui glace les paysages... la balade au jardin nous fait sentir les morsures de l'hiver.

 

L'air vif fait tournoyer les branches noircies des arbres, sous un ciel bleu...

 

Le soleil, lui-même, semble pâli par le froid.

 

Sur le plan d'eau, les cygnes imperturbables, souverains, ignorent le froid : on les voit glisser majestueusement sur l'onde, avec une sérénité impérieuse.

 

Leur ronde, lente, somptueuse ne faiblit pas...

Leurs plumes frémissent sous le vent de l'hiver, avec tant de légèreté et d'élégance !

 

Sur le sol, des plaques d'eau glacée découpent des îlots de givre qui se morcellent...

 

C'est le grand froid de l'hiver : un soleil finissant dessine les silhouettes sombres des arbres...

 

La promenade est si vivifiante sous ce froid intense : elle glace les visages, elle les fouette, les empourpre.

 

Cette marche, dans ce froid de l'hiver, donne de l'énergie, de l'élan...

 

Un vrai froid de l'hiver qui nous offre des plaisirs nouveaux, un air vif, une intensité dans les paysages et les sensations...

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et vidéo : rosemar

Un vrai froid de l'hiver...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/