Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 16:27

 

Photo1836.jpg

 

 

Beau voyage et belle traversée de cette année à tous ! L'année, n'est-ce pas l'image du cercle, de "l'anneau" qui se referme sur lui-même, la circonférence, le cycle qui recommence, la marche des astres dans le ciel ?

 

L'année, n'est-ce pas le retour, le recommencement et en même temps, le renouveau attendu ?

 

Le cercle évoque des images tourbillonnantes, des sphères, des ciels qui tournent, qui virevoltent...

L'anneau n'est-il pas, aussi, un symbole d'union, d'harmonie ? Que cette année scelle des harmonies nouvelles !

 

Une année qui recommence, un cycle qui se renouvelle, des espoirs de renaissance, de bonheurs, des volutes pleines de sérénité...

 

Des jours, des mois, des saisons se déroulent, offrant une variété infinie de ciels, de lumières, de teintes...

Des brassées de bonheurs renouvelés pour tous !

 

Des jours associés à la lumière ! Le mot "jour" vient du latin "diurnum", d'un radical qui signifie"briller" et apparenté au mot "deus", le "dieu" et, notamment, à "Zeus" dans la mythologie grecque !

Jours brillants, jours divins et lumineux, lumières qui nous abreuvent et nous rassurent ! 


Saisons liées aux moissons, à la culture, aux travaux des champs qui nous nourrissent !

Saisons qui rappellent la semence, l'action de semer, "satio" en latin...

Jours qui jaillissent, saisons qui évoquent le monde paysan ! Ces mots anciens révélent des lumières, des éclats, des gestes essentiels...

 

Que l'année, les jours, les saisons nous entraînent dans des tourbillons d' enthousiasmes, d'étincelles, de moissons utiles, de découvertes renouvelées !

 

Une belle année à toutes et à tous !

 

http://youtu.be/yTSAZAHiOa8

http://youtu.be/d_mLFHLSULw

 

 

 

 

 

Photo1840.jpg 

 

 Photo1866.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
Published by rosemar
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 10:24

Marmite-Paul-venter-creative.jpg

 

 

"De larges tranches de pain coupées sur de petites assiettes de terre rouge, et l'on était là, autour de la marmite, l'assiette tendue, la narine ouverte ... je n'ai jamais rien mangé de meilleur que cette bouillabaisse de langoustes..."

 

C'est ainsi qu' Alphonse Daudet décrit une dégustation de bouillabaisse, dans son recueil intitulé Les Contes du lundi...

 La marmite ! Voilà un nom familier qui rayonne de sa labiale "m" redondante : la marmite apparaît accueillante, chaleureuse, elle renferme des mets délicieux qu'elle cache aux regards...


On s'empresse autour de la marmite, pour humer les bonnes odeurs de cuisine, on a hâte de l'ouvrir, pour savourer certains mets.

Avec ses consonnes variées, labiale "m", gutturale "r", dentale "t", ce mot nous laisse entrevoir le plaisir de goûter, d'engloutir, de déguster les préparations qu'elle renferme précieusement...

 

Cet instrument dont le nom paraît si familier, si sympathique semble, aussi, plein de mystère : profonde, munie d'un couvercle, la marmite se distingue de la poêle : elle permet de faire mijoter longuement les aliments, d'en exalter toutes les saveurs !

 

Ce mot connu de tous, aux sonorités populaires, nous charme de ses éclats de voyelles et de consonnes : ce mot chante, comme le fait parfois la marmite quand elle est sur le feu... léger frémissement empli de vapeurs odorantes qui enivrent les sens et ouvrent déjà l'appétit...

 

La marmite annonce le repas qui va suivre, la convivialité, le partage, la réunion, car la marmite, assez large et profonde contient de quoi nourrir toute une tablée !

 

Ce mot associé à une multitude de sensations, le goût, l'odorat, la vue, le toucher et même l'ouie, ouvre l'appétit, nous annonce des agapes prometteuses et chaleureuses...

Voilà un mot qui nous parle, qui ravit les papilles, qui exalte les sens !

 

Pourtant, ce terme, issu de l'ancien français  désignait, à l'origine, un "hypocrite", c'était un adjectif composé de deux éléments : "marm-" du verbe "marmonner" et "mite", qui était, autrefois, l'autre nom du chat...

 

On connaît ces mots associés à ce radical : "mistigri, mitaine, chattemite"... en ancien français, la "mite" etait le nom affectueux du chat.

Le chat se cache, parfois, sous des apparences câlines et hypocrites.

 

Le glissement de sens s’explique par le fait que la marmite, profonde et fermée par un couvercle, cache son contenu aux curieux, contrairement à la poêle, plate et ouverte. 

 

La marmite est secrète, mystérieuse, elle ne révèle pas son contenu, elle agit en hypocrite...

Une belle hypocrite, tout de même ! Voilà ce qu'est devenue la marmite, pleine de saveurs et de parfums, emplie de fumets qui s'exhalent, dès qu'on ouvre le couvercle...

La marmite a connu une belle évolution de sens : elle nous est, d'ailleurs, si familière que le sens premier nous étonne : si la marmite se cache, c'est tout de même, pour mieux révéler son contenu et exhaler des parfums, des saveurs, des sucs variés...

 

 

Le texte de Daudet : 

http://fr.wikisource.org/wiki/Les_C...

 

 

http://youtu.be/Q4NDDsoIrLg

 

 

 

 

Marmite_en_aluminium-African-Hope--creative.jpg

 

 

marmite-kikitoul.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2151.jpg

 

 

 

Photos : creative commons



Repost 0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 16:28

 

froid 2

 

Après un automne plein de douceur, le froid déboule sur la France : dans le sud, des vents violents font chuter les températures, la neige a fait une apparition brutale dans de nombreux départements de l'est et du nord...

 

Soudain, on redécouvre que l'hiver existe, comme si on l'avait oublié : des automobilistes se sont retrouvés bloqués sur les routes des stations de ski...

Les français peu habitués à des températures si basses se laissent facilement surprendre par les intempéries : absence d'équipements, de chaînes pour circuler sur la neige...

 

Alors que le réchauffement climatique est souvent évoqué dans les médias, on en oublie que l'hiver est générateur d'intempéries... froid, neige, vents s'invitent brusquement et les gens sont surpris par ces grands froids.

Peut être va-t-on ainsi connaître, en raison de dérèglements climatiques, des hivers de plus en plus rigoureux ?

La France grelotte et cette baisse soudaine des températures nous rappelle que nous sommes soumis à la nature : difficile de lutter contre le gel, la neige, le verglas...

 

Difficile de résister aux vents violents... La nature est souveraine et nous impose, souvent, ses dures lois.

 

Dès lors, on ne peut s'empêcher de penser à tous ceux qui vivent dans la rue, qui ne bénéficient d'aucun chauffage, d'aucune protection : combien de gens vont succomber à ces froids intenses ?

Comment résister à ces vents violents qui font chuter les températures, comment se protéger quand on vit dehors, sans abri ?

Même si les hébergements d'urgence existent, on sait comment la promiscuité rebute certains et rend ces endroits parfois invivables...

 

On songe à tous ces SDF qu'on croise souvent dans les rues et qui se retrouvent agressés par la rigueur du froid...

 

Partout, en France, le froid sévit : c'est un ennemi impitoyable et implacable.

Plus que jamais, les sans abri ont besoin de notre aide, de notre soutien. Il faut, dans la mesure des moyens de chacun, les réconforter et les soutenir, chaque fois que cela est possible...

Leur vie, leur survie sont en jeu, face au froid qui les assaille... Alors que les fêtes de fin d'année nous emportent tous dans un tourbillon, alors que les gens sont pressés de vaquer à leurs courses et leurs achats, il faut penser à tous ceux qui souffrent et qui ne peuvent même pas bénéficier du réconfort d'un toit, d'un chauffage...

 

Aider un SDF en difficulté, face au froid, devrait être un devoir pour chacun d'entre nous : communiquer n'est pas toujours facile mais on peut appeler le 115 pour préserver et sauver une personne qui souffre.

 

Chaque année, de hommes et des femmes meurent victimes du froid dans la rue : il serait temps d'instituer un droit au logement pour tous, il serait temps de trouver des solutions pérennes pour épargner des vies humaines...

 

Plusieurs articles sur le sujet :

 

 

http://lci.tf1.fr/france/faits-dive...

 

http://www.lemonde.fr/societe/artic...

 

 

http://www.europe1.fr/societe/froid...

 

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/...

 

 

 

froid-3-SDF.jpg

 

 

 

froid.jpg

 



Repost 0
Published by rosemar - dans société misère
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 16:27

 

 

fee-libre-John_Atkinson_Grimshaw_-_Spirit_of_the_Night.jpg

 

 

C'est le jour de Noël : les filles ont découvert, au pied du sapin, une fée volante... Sa robe, en forme d'ailes de papillon lui permet de s'élever dans les airs.

 

Ses ailes tourbillonnent avec vivacité, créant, autour d'elle, des faisceaux lumineux : les filles rient aux éclats de la voir frôler le plafond, redescendre, remonter, parfois s'effondrer sur le sol : une simple main posée sous la fée l'empêche de s'écraser sur le sol...

Le jouet est fragile et gracile mais quel enchantement pour les deux fillettes !

 

La fée aux couleurs de rose et de bleu, pleine d'élégance, avec de grands yeux sombres, semble tout droit sortie d'un conte de Noël : elle virevolte, s'anime, forme de véritables ballets de lumières sous les yeux des deux fillettes.

 

Les petites dimensions de cette fée la font ressembler à une elfe, génie de l'air, dans la mythologie scandinave, créature mystérieuse...

La fée se meut avec rapidité, légèreté, elle fait rêver, elle tourne sur elle-même, lance des éclats.

 

Les filles s'émeuvent, s'inquiètent parfois de ces vols périlleux : attention ! Elle frôle le plafond, ou rase le plancher de trop près.

 

A l'inverse, ce sont aussi des éclats de rires, quand la fée vient effleurer une des deux fillettes.

 

Les envols de la fée constituent, chaque fois, un véritable spectacle : des tournoiements de couleurs, des effets lumineux, des figures aléatoires...

 

La fée a réussi à enchanter les yeux des filles qui pétillent...

D'autres jouets les attendent, car les Noëls d'aujourd'hui sont remplis de surprises et de cadeaux.

Mais cette fée qui vole les fera longtemps rêver de lutins, de magie, de pouvoirs mystérieux associés aux fées...

 

Ce jouet leur a permis de s'évader dans le monde de la magie, des contes de Perrault, des livres de l'enfance.

La fée et ses pirouettes leur ont permis de vivre l'enchantement de Noël... 

 

Mais il est bon, aussi, pour compléter cet enchantement, de leur offrir des livres, où elles pourront retrouver de nombreux récits évoquant des fées.

Les contes leur offriront la possibilité d'enrichir leur vocabulaire, leur imagination, leur goût pour les arts, grâce à de magnifiques illustrations...


Grâce aux livres, elles pourront mettre des mots sur leur émerveillement et savourer d'autant plus leurs bonheurs quotidiens...

 

Elles pourront lire le conte de Charles Perrault intitulé Les fées et en découvrir tous les éléments merveilleux : le pouvoir des fées qui peuvent modifier le destin des humains, leur capacité à se métamorphoser, à prendre deux identités différentes...

 

Elles apprécieront le récit émaillé de merveilleux et de symboles, elles pourront s'intéresser à la valeur morale de ces contes et en percevoir des messages essentiels : l'importance de la bienveillance, de l'honnêteté, de la parole, du bien dire, des mots et de leur expressivité...

 

Le texte de Perrault : 

http://textes.libres.free.fr/franca...

 

http://www.atramenta.net/lire/oeuvr...

 

 

 

http://youtu.be/1gGa8FdS_5o

 

http://youtu.be/kBbSqpnAwZ4

 

http://youtu.be/IL4P4OV8LVM

 

 

 

 

 

fee-libre-August_Malmstrom_-_Dancing_Fairies_.jpg

 

 

 

fee-libre-fitgerald.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fée libre -SophieAndersonTakethefairfaceofWoman

 

 

fee-libre--Epinal_-_L-Oiseau_bleu.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

féeLa Belle au Bois Dormant

 

 

 

 

 Photos : wikipédia  creative commons



Repost 0
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 18:20

 

Photo2128

 

 

L'horizon s'embrume d'or. C'est l'hiver, le jour de Noël : dans la campagne, au pied du Luberon, le soleil lance ses derniers éclats... dans le lointain, les silhouettes obscures des arbres détachent leurs motifs d'ombres étranges...

 

Le ciel se couvre d'or : les sapins, les cyprès se dessinent en embruns de fumerolles, montrant des épis, des hérissements ténébreux...

 

Le ciel se pare de teintes d'or et de roses : des traces lumineuses de nuées viennent sillonner l'azur pâli, de leurs éclats de blancs.

 

Le soleil se couche, entre les branches d'un arbre désséché : un embrasement de feux et de lueurs s'en empare.... L'arbre flamboie, jette des rayons, l'arbre rayonne.

 

Les rayons irradient le paysage, les rameaux se divisent, lancent leurs subtils entrelacs sur l'azur...

 

L'arbre devient soleil, il répand des éclats éblouissants, il s'illumine des douces splendeurs du couchant.

 

L'arbre devient rayon de lunes, il s'embrase sous nos yeux...

 

Une auréole éclatante apparaît dans les branches.

 

Le spectacle du ciel nous apaise, des odeurs légères de mousses, de thym, de terre, de lichen nous accompagnent, sur le chemin.

 

Les couleurs roussies de quelques arbres s'arrondissent, autour de nous, des alignements de végétations aux teintes de rouilles, d'ocres, de blonds...

 

De fins nuages gris flottent dans l'air, sur l'horizon, la terre et le ciel forment des contrastes étonnants : l'azur encore lumineux, clair et le sol, les arbres dans la pénombre avec quelques irradiations de lumières...

 

Les arbres s'entourent de ces auréoles du soir... des flammèches orangées, des chrysanlines les enlacent de leurs éclats... 

 

 

 

http://youtu.be/L25hMOeXvg0

http://youtu.be/oj2peq3yzVY

 

http://youtu.be/N_Z4DmualTc

 

 

 

 

 

Photo2129.jpg

 

 

Photo2130.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2138

 

 

Photo2131-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2124.jpg

 

 

Photo2126.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20141225 164611

 

20141225 171537

20141225_164552.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

Photos : Bruno et rosemar



Repost 0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 16:28

 

datte-Madhif-creative.JPG

 

 

La datte, rêves de soleils, de lumières, de pays du sud, aux déserts de sables ! La datte nous fait admirer, au coeur de l'hiver, des paysages exotiques et lointains, aux charmes orientaux... L'Egypte, ses oasis au bord du Nil, la Tunisie, ses caravansérails, ses marchés...

 

Des mosquées, des hérissements de minarets, des coupoles, des palais, des dunes, des barcanes, des oasis, du sable à perte de vue...

 

Fruit oblong aux couleurs d'ambre et de miel, la datte gorgée de soleil, de douceurs, de lumières, nous éblouit de ses teintes nuancées...

Sa texture moelleuse, ses éclats dorés et brillants ravissent tous les sens.

Le mot lui-même, très simple, avec ses deux dentales éclatantes "d" et "t" suscite la curiosité...

L'homonymie avec cet autre mot, "date" nous intrigue, aussi.

 

La datte, fruit du soleil semble reproduire les couleurs mêmes de l'astre du jour : elle est parfois mate, mais, aussi, brillante, comme brunie par le soleil !

Parcouru de vaguelettes, le fruit semble simuler des embruns de sillons sur les dunes...

L'intérieur fait rayonner des fibres plus claires, aux saveurs de lumières.


D'où vient ce mot, "datte" ? Quelle est son étymologie ? Curieusement, ce terme est issu directement du grec "dactylos", qui désigne le "doigt". C'est la forme allongée du fruit qui lui a donné son nom...

Cette origine est bien lointaine, d'autant que le mot a perdu sa forme initiale, et que la dernière syllabe s'est effacée.

 

On connaît d'autres dérivés plus facilement reconnaissables : "dactylographie, dactyle, ptérodactyle"...

La datte, doigt solaire, effilée, élancée suggère, encore, par ses stries, la surface de la peau. 

 

Ce simple mot nous permet de remonter aux origines de notre langue : le grec... et l'on est étonné de découvrir le sens premier de ce terme.

La datte nous emmène, aussi, vers l'Orient, vers l'univers des Contes des mille et une nuits : elle nous raconte les douceurs orientales, un monde raffiné, lointain et mystérieux, un monde secret...

 

Celui des sultans et des califes, celui de Sindbad, le marin, celui de Shéhérazade.... Des villes orientales surgissent dans nos mémoires : Bagdad, Bassora, Babylone, noms aux sonorités étranges et remplies d'exotisme...

 

Symbole de fertilité, de prospérité, de bonheur, le palmier dattier est un arbre sacré dans la tradition orientale. 

Selon cette tradition, il faut manger sept dattes, le matin, au petit déjeuner, pour profiter de tous les bienfaits de ce fruit divin...

 

La datte fait, aussi,  partie des treize desserts provençaux de Noël : ce fruit venu d'Orient symbolise donc le partage, les dattes pourraient représenter les présents apportés par les rois mages à l'enfant Jésus...

 

 

http://youtu.be/Q6UoWgM5Lv8

http://youtu.be/AEwBy6Y8Wug

http://youtu.be/1qTaNSpYGqA

 

 

http://youtu.be/Pwri2NKtHB8

 

 

 

 

 

 

 

dattes-Madhif-2.JPG

 

 

 

dattes-libre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

datte-Med-Dhifallah.JPG

 

mille et une nuits ali baba auteur Parish

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        

mille-et-une-nuits-2.jpg

 

 

mille-et-une-nuits-libre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mille et une nuits le cheval enchanté

 

 

 

 

 Photos de dattes : creative commons  en haut de l'article : auteur : Madhif

  Sous l'article photo 1 auteur :  Madhif   photo 3 : Med Dhifallah

Autres : illustrations des Contes des Mille et une nuits



Repost 0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 17:24

 

feu-de-bois-copie-1.JPG

 

 

"D'une des cheminées sortaient des étincelles qui montaient en gerbes pour retomber en pluie d'or, sous une fumée épaisse dont le ciel était voilé."

C'est ainsi qu'Anatole France décrit une cheminée dans son roman historique, La Rôtisserie de la reine Pédauque... Belle description qui fait rêver...

 

Issu du grec ancien "κάμινος, káminos, le fourneau, le four", le mot "cheminée" nous est familier : la cheminée représente le coeur du foyer, le centre d'une maison.

 

Avec ses sonorités de chuintante "ch", de labiale "m", ce nom crée une impression chaleureuse, et douce...

Images de flammes vacillantes, odeurs de bois brûlés, crépitements d'étincelles, chaleur prégnante près du feu, la cheminée nous offre une ambiance pleine d'harmonie.

 

Elle voit se réunir, autour d'elle, des amis, une famille, elle se donne en spectacle...

Un spectacle complet qui sollicite le regard, mais aussi l'ouie, les sensations olfactive et tactile...

Fascinant spectacle des flammes ! Vision éclatante du feu qui palpite, qui vibre, retentit d'un bruissement léger.

 

On voit des braises, des rougeoiements, des bois calcinés et sombres...

 

Des fumées, des fumerolles se dispersent, montent dans le conduit.

Les toits se couvrent de cheminées aux formes variées, cheminées de briques, carrées ou arrondies, massives ou légères.

 

La cheminée est, ainsi, un symbole de communication entre les hommes et le monde céleste : c'est un chemin, un conduit qui s'élève vers le ciel.

 

C'est la voie qu'empruntent les sorcières pour se rendre au sabbat, c'est par ce conduit que le père Noël passe, pour déposer tous ses cadeaux.

 

La fumée qui s'échappe évoque une sorte de respiration de la maison...

 

Symbole du lien social, la  cheminée rapproche et rassemble, autour d'elle, les âmes et les coeurs.

La cheminée évoque l'hiver et ses frimas, elle offre un refuge contre les rigueurs du vent, de la neige, du gel. 

 

Dans nos maisons modernes, la cheminée, l'âtre ont tendance à disparaître au profit de chaudières centralisées.

On en oublie tout le spectacle chaleureux que nous apportent les vraies flammes qui titubent, se penchent, vivent sous nos yeux...

 

La cheminée, lieu convivial, associée aux fêtes de Noël,  réunit les gens, dans une ambiance de bonheurs...

 

Elle fait briller des lumières dans les yeux, elle éblouit les regards, elle fascine...

 

 

http://youtu.be/tEFK1Z3l6GU

http://youtu.be/eWJi5wX_1t0

 

http://youtu.be/3POSI8SuMdo

 

http://youtu.be/kxZz8QbVRNE

 

http://youtu.be/Wb3scirJoOw

 

 

 

cheminee_medievale-libre.jpg

 

cheminée cendrillon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cheminee-en-feu-libre.jpg

 

 

 

 

 

Photos : wikipédia  creative commons



Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 17:15

 

Photo0982

 

                   

Les aiguilles de pins déroulent leurs guirlandes de verts, brillantes, laquées : les aiguilles se hérissent, sur la branche, la décorent de panaches verdoyants...

D'aiguilles, elles portent bien le nom : elles lancent leurs pointes acérées et vives... 

Des fourreaux d'aiguilles entrelacées couvrent les rameaux, en une harmonie de pinceaux subtils.

 

Le mot "aiguille" résonne de sa gutturale "g", prolongée par les voyelles aiguës, "u" et "i", il nous fait entendre et entrevoir une pointe acérée... 

Venu du joli nom latin "acucula", formation de diminutif, le terme "aiguille"restitue bien la forme de l'objet.

 

De nombreux mots appartiennent à cette famille :"acéré, acerbe, exacerber, acétate, acétone, acétylène acide, acidifier, aciduler, acidité, acier, aciérie, acuité, acupuncteur, acupuncture, âcre, âcreté, acrimonie, acrylique, aigre, vinaigre, vinaigrette, aigrelet, aigrir, aigreur, aigu, aiguilleur, aiguiser, aiguillage, aiguillon..."

 

Tous ces termes sont, en fait, dérivés de l'adjectif latin, "acer", "aigu, tranchant, perçant, vif, âcre."

 

Dans le nom "aiguille", le radical initial s'est modifié notablement, mais il a gardé une gutturale devenue sonore "g" qui traduit bien la vivacité de la pointe...

 

Les aiguilles de pins toujours vertes, montrent leurs éclats soyeux, leurs vernis brillants.

 

Elles se couvrent de guirlandes lumineuses et colorées à l'approche de Noël, elles font briller des étoiles, elles exhalent leurs douces senteurs ambrées. 

Elles renvoient les lumières, les reflètent, les exaltent et les subliment...

Sur le sapin, des contrastes de rouges, de verts, de xanthe apparaissent : belles lueurs de Noël, sur les aiguilles ...

 

Les aiguilles répandent leurs entrelacs, emplis de parfums de l'hiver... elles forment des épis réguliers, des motifs géométriques, elles s'illuminent de brillances...

 

Elles nous font entrevoir toutes les splendeurs de l'hiver : des pins verdoyants encore, malgré le froid ou la neige, des éclats de verts, des arbres qui gardent leur frondaison malgré les frimas et le gel.

Elles s'irisent de pignes brunes, aux couleurs de bois et de brumes...

 

Leurs parfums mêlés à ceux de la mousse terreuse, au pied du sapin, nous enveloppent d'embruns de forêts et de sous bois....

 

http://youtu.be/YuB57LcUwRA

http://youtu.be/KFdVoKnPTKQ

 

http://youtu.be/E1L6ty1jGI4

 

 

 

http://youtu.be/5UT4UVQtoQc

 

 

 

 

 


 

 

Photo1005

 

 

Photo1002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1012.jpg

 

 

Photo1011.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 16:14

 

crèche

 

 

La crèche de Noêl est une véritable institution, en Provence : crèche vivante, crèche en carton, ou petite crèche improvisée avec quelques brins de mousse et des branches de houx... Partout, en Provence, c'est l'usage de préparer une crèche, à l'approche de Noël.

 

Ce nom nous étonne, avec ses sonorités de gutturales "c" et "r", et sa chuintante finale pleine de mystères : mélange hétéroclite de consonnes rudes et douce...

 

Il faut dire que la crèche initiale et originelle est une simple mangeoire, un râtelier, pour les animaux : telle est l'origine du mot.

C'est un lieu modeste, humble et inconfortable, c'est un lieu plein de rudesse et d'âpreté...

C'est une simple étable, une auge pour nourrir les animaux, c'est aussi l'endroit où est né l'enfant sacré, où il a ouvert les yeux, pour la première fois.

 

Le mot restitue bien, à la fois, la rudesse du lieu et son caractère empreint de douce solennité.

A la crèche, on associe le boeuf et l'âne qui encadrent l'enfant nouveau-né, qui lui apportent réconfort et chaleur.

 

On voit des images de recueillement, de bonheur, dans un lieu des plus modestes.

La crèche attire tous les regards : les santons sont tournés vers ce lieu, le vénèrent, comme un endroit sacré.

 

L'enfant rayonne sur l'humble paille, il est un symbole d'espoir et de renouveau, comme tout nouveau-né peut l'être...

Beau symbole que celui de Noël ! L'enfant, signe d'espoir annonce une ère nouvelle, un avenir étincelant...

 

Et la crèche nous émeut, par sa simplicité, par ses significations : elle est, d'abord, l'image d'une nourriture qui apporte l'essentiel, elle est aussi la marque d'une humilité originelle...

Celle des premiers chrétiens, d'une foi pure et intacte, celle d'un monde qui n'est pas frelaté.

 

Le mot a pris un sens plus commun et plus ordinaire et désigne, de nos jours, un établissement accueillant les jeunes enfants.

 

Dans un langage populaire et argotique le mot peut même évoquer une chambre, où l'on habite... Le verbe "crécher" en est le dérivé.

 

Ce mot a donc connu un bel essor, simple mangeoire pour des animaux, il en est arrivé à désigner un lieu sacré, d'abord, puis un endroit pratique et moderne pour recevoir des enfants.

 

J'aime ce mot simple et familier qui a pris une connotation sacrée et mystérieuse et que l'on utilise encore de nos jours, dans un sens plus commun et plus courant...

 

J'aime ce mot associé à la fête de Noël, symbole de simplicité, de bonheur, de rudesse et d'harmonie, à la fois...

 

http://youtu.be/IIBYxkG2yX0

 

http://youtu.be/wkhUdy5Z2ig

 

http://youtu.be/qw6YngfV9lM

http://youtu.be/-wybmi7sRKI

http://youtu.be/yfVe7np7TqE

 

 

 

 

 

 

 nativite-Georges_de_La_Tour_001.jpg

 

 

 santon-libre-Marie-blanche-sorribas.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

santon Pernmith

 

 

santon-2-pernmith.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2097.jpg

 

 

 

Photos de santons : Creative commons   Le berger, auteur : Marie Blanche Sorribas

Le meunier et Le porteur de bois, auteur : Pernmith

 



Repost 0
Published by rosemar - dans Noël étymologie
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 17:09

 

 

Photo2079.jpg

 

 

Le mot "papillote" évoque la fête de Noël : les enfants se voient offrir, en cette occasion, des papillotes, ces friandises entourées de papier brillant, aux éclats d'argent...

 

Les papillotes font miroiter leurs teintes vives, des étoiles lumineuses, des volutes et des dentelles...

 

Avec sa labiale"p" redoublée, sa dentale finale "t", ses éclats de voyelles variées, son suffixe de diminutif, ce mot fait rayonner des lumières...

Des rayons de rouges, de verts, de bleu, de jaune explosent, sous nos yeux...

 

Emerveillements des enfants, les papillotes sont une référence aux ailes chatoyantes des papillons.

Le papier découpé en petites lamelles offre des friselis dorés ou argentés, et entoure la friandise de ses reflets ondoyants.

 

Le mot "papillote" est issu de l'ancien français "papillot" qui désigne le petit papillon...

Le nom  "papillon" pourrait, lui-même, provenir d'un verbe grec, "pallo", palpiter, agiter vivement, mouvoir légèrement et rapidement.

 

On voit aussitôt le vol léger du papillon, ses envolées palpitantes, ses couleurs d'ocre, de rouille...

 

Avec les papillotes, on entre dans une ambiance de fêtes, on est ébloui par des dorures, des brillances.

 

Traditionnellement, la papillote contient, aussi, une devinette, une blague, une citation amusante, parfois, un pétard.

 

La légende veut que les papillotes soient nées à Lyon à la fin du XVIIIe siècle, quand le jeune commis d'un confiseur eut l'idée, pour séduire une jeune fille, de lui envoyer des petits mots d'amour, enveloppés autour d'une confiserie.

 

Voilà une jolie légende qui fait de la papillote un message de tendresse, qui lui confère une part de séduction supplémentaire...

 

Enfants, nous avons tous rêvé de papillotes : les couleurs, la surprise du contenu, les papiers étincelants nous promettaient tous les bonheurs du monde !

Voilà un mot d'enfance qui nous rappelle des Noëls d'autrefois, qui éveille, en nous, des souvenirs colorés et brillants !

 

http://youtu.be/1FO2kU5v6T8

 

http://youtu.be/FfG5ha7Zg5w

 

 

http://youtu.be/sa7i-YYhc5Q

 

http://youtu.be/IYdF4nKnqPQ

 

http://youtu.be/biw7vjHeZ4E

 

 

 

Photo2080.jpg
Photo2076.jpg
Photo0982.jpg
Photo1005-copie-1.jpg

Photo0987.jpg
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/